Christophe Greffet

Christophe Greffet

«Sauvegarder le patrimoine, c’est la mémoire nationale»

Lire l'article du Progrès de ce jour, en cliquant ici.


Quelles conséquences des décisions de l'Etat pour les régions ? (Intervention au Conseil Régional)

« Monsieur le Président,

Je finis par m’interroger pour savoir si cette mission d’information et d’évaluation est bien utile en dépit de la demande qui en a été faite, puisque Monsieur Kovaacs semble avoir déjà fait le travail, à sa manière bien sûr.

Il y a en tout cas un point sur lequel nous serons incontestablement d’accord dans cette assemblée : c’est le renforcement de l’action régionale depuis la loi du 13 août 2004 relative aux libertés et responsabilités locales.

Cette nouvelle étape de la décentralisation a donné aux Régions des responsabilités renforcées et des capacités d’initiatives qu’elles n’avaient pas jusque là.

Et c’est vrai qu’à travers ces compétences, transports, lycées, formation professionnelle, aménagement des territoires, développement économique, les citoyens identifient aujourd’hui davantage notre institution.

Mais c’est aussi vrai que les conditions financières dans lesquelles ces transferts de compétences ont été mis en œuvre sont totalement insatisfaisantes. L’Etat doit à Rhône-Alpes 45 millions d’euros pour la seule année 2009 –pour exemple et la chambre régionale des comptes l’a récemment souligné – et 180 millions sur les années 2005-2010 !

Du reste la précédente mission d’information et d’évaluation, en 2007, avait déjà établi à plus de 38 millions d’euros le déficit de compensation. En reconnaissant que l’engagement du gouvernement à compenser à « l’euro près » les transferts n’était pas respecté.

Et c’est dans le domaine de la gestion des TOS -que l’on entend ce matin- que l’écart était le plus important, en l’occurrence 20 millions d’euros, déjà, pour la seule année 2007. Et 14 millions pour les formations sanitaires et sociales.

Je veux aussi rappeler que le groupe minoritaire, qui avait assisté à tous les travaux de la mission en 2007, n’a pas cru bon, le moment venu et lorsque la réalité à été connue, de venir entendre les conclusions. J’ose espérer que l’histoire ne se répétera pas.

En tout cas, quelle que soit l’issue de cette mission, la question de la ressource des collectivités locales en général et des Régions en particulier restera posée. Et le Gouvernement devra tôt ou tard y répondre.

Le groupe PSEA votera donc pour ce rapport et l’amendement du PRG sur les démarches de la Région en cas de déséquilibre manifeste. Certains départements ont d’ailleurs déjà démontré qu’ils pouvaient être entendus et obtenir la condamnation de l’Etat. »


L'apprentissage au coeur du débat

C'est le titre de l'article paru sur le Journal de Saône et Loire rendant compte de la table ronde que nous avons organisée à ce sujet à la Maison Familiale Rurale de Pont-de-Veyle autour de Jean-Jack Queyranne.


Le magazine de Tropiques FM

J'ai été l'invité, cette semaine, du magazine de Topiques FM. Si vous souhaitez écouter cette émission, vous pouvez la retrouver en cliquant ici. Lors de cet entretien, nous sommes revenus sur le contrat territorial emploi formation dont je suis l'élu pilote pour le secteur Bresse - Dombes - Val de Saône et sur la contre-réforme des collectivités territoriales que j'ai eu l'occasion d'évoquer en ces lieux.


Lutter contre la dépendance, le choix des MARPA

On vit aujourd'hui beaucoup plus longtemps. Au 1er janvier 2009, 14,2 millions de Français, soit 22,2% de la population, étaient âgés de 60 ans et plus. Les plus de 75 ans représentent 8,7% de la population, alors qu'ils n'étaient que 4,3% en 1960. On vit aujourd'hui beaucoup plus longtemps, mais on vit aussi de plus en plus seul. La famille ne constitue plus, comme avant, un refuge quand survient la dépendance. Ainsi, lors du recensement de 1999, seulement 18% des veuves de 80 à 89 ans partageaient un logement avec l'un de leur proche, alors qu'elles étaient 25% en 1980. Nous vivons plus vieux, mais nous ne vivons plus comme avant, et l'élaboration d'une politique intercommunale en direction des personnes âgées se doit de prendre en compte ces données pour mettre en place des dispositifs originaux.

C'est ainsi que parmi d'autres initiatives (association d'aide à domicile, activités destinées aux seniors)la Communauté de communes de Pont de Veyle que je préside a souhaité se porter candidate pour accueillir une des six MARPA prochainement mises en place dans le département de l'Ain. Dispositif original spécifiquement adapté aux problématiques du monde rural, les MARPA (Maisons d'Accueil Rurales pour Personnes Agées) permettent d'accueillir les retraités qui ne souhaitent plus ou ne peuvent plus vivre seuls. Créées en 1987 par la Mutualité Sociale Agricole avec pour objectif l'expérimentation de nouveaux dispositifs pour lutter contre la dépendance, ces MARPA regroupent des logements privatifs volontairement limités à vingt-cinq et permettent aux personnes âgées de pouvoir bénéficier de services collectifs (cuisine, buanderie, bibliothèque, jardin..) tout en conservant un logement individuel.

La MARPA soutenue par la Communauté de communes de Pont-de-Veyle est construite a Grièges, nous l'avons inaugurée le 30 octobre passé. Vingt-quatre résidents peuvent bénéficier de logements, T1 ou T2, de plein-pied ouvrant sur un jardin, d'un espace commun de 360 m2 et du confort que procure la possibilité de pouvoir faire appel à une équipe qualifiée pour tous les problèmes posés par une vie quotidienne qui se complexifie avec l'âge. Nous avons tous travaillé ensemble : Conseil Général, Mutualité Sociale Agricole, CCAS, Clubs des Ainés, professionnels de la Santé et Communauté de Communes, et nous sommes particulièrement fier de ce beau projet dont la déclinaison sur l'ensemble du département me paraît aujourd'hui essentielle.

Pour en savoir plus : site Internet du Conseil Général de l'Ain, site Internet des MARPA, site Internet de la Mutualité Sociale Agricole